L’Atelier d’écriture au fil de soi...
Comment se laisser écrire ? Comment permettre à ce qui vient de s'exprimer ? Comment oublier le vécu scolaire de l'écriture, nos empêchements, nos peurs, nos complexes ? Il nous faut choisir notre forme, nous libérer.
Entrer dans le plaisir d’écrire, s’amuser, être à la fois dans la contrainte de différents exercices et récupérer sa voix propre. La première partie de cette master class permettra d’entrer dans cette récupération de son écriture intérieure, tout en explorant des textes d’autres écrivains de l’intérieur.
Après le premier jet, il faut savoir se relire. La deuxième étape sera donc de découvrir comment appréhender son propre texte ? Comment se relire assez sévèrement afin de faire de son texte celui d'un étranger ? Se relire, c'est presque découvrir ce qu'on a voulu dire. Après s'être abandonné, il faut comprendre comment une technique incisive peut permettre d'aller véritablement vers les questions dangereuses que doit toujours exprimer un texte. Comment écrire entre les lignes ? Et concrètement comment traquer la banalité du premier jet.
Je ne résiste pas au plaisir de vous citer Hubert Haddad et son analyse pertinente de la chose:
"Cette deuxième étape est celle qui fait le partage entre aspiration et volonté, dilettantisme et acharnement. On l’a dit de mille façons on ne devient véritablement écrivain qu’en apprenant à se relire. Car on en finit jamais d’amender un texte, de le perfectionner en biffant ses fausses perfections et ses impudentes lourdeurs, de l’étriller, de le refroidir en le laissant vieillir seul avant d’y retoucher à bon escient, de le régénérer à des sources d’informations nouvelles… Mais la correction immanente procédant de l’instinct critique a le défaut d’endiguer le mouvement spontané et de bloquer souvent toute expression. Il faut apprendre à lâcher du lest sans crispation, à déjouer l’espère de censure exponentielle qui voudrait prendre le pas sur la libre inspiration : tout dans l’acte d’écrire et balancement funambulesque entre ces deux pôles."
Par ailleurs, quand on aborde le roman en doit s'interroger sur l'histoire, sur les personnages, sur la vraisemblance de ce qui se lit. La trame romanesque, l'incarnation des personnages, la véracité et le suspense de leur parcours peut se travailler indépendamment de ce qui est venu spontanément.
Il faut donc apprendre à se relire très finement, à opérer des coupes, à rentrer ensuite dans le détail infime d'un texte. Travail de bûcheron dans un premier temps, travail de dentellière et d'orfèvre dans un second, l'élaboration d'un roman obéit à un décorticage précis.
En dernier lieu, on peut entrer dans la musicalité du texte, dans sa fluidité. C'est là qu'intervient le texte lu. Un écrit dont la parole s'envole et qui paraît facile a été souvent beaucoup travaillé.
Quinze années de théâtre ont totalement changé ma façon d'écrire. Entrer dans un personnage en tant que comédien permet de comprendre son fonctionnement, ses vérités, ses manques. Incarner un personnage dans une histoire, c'est véritablement lui donner de sa chair. Au théâtre on a coutume de dire que les mots sont des valises, ce qui est presque choquant pour un auteur car cela tendrait à dire que les mots ne sont que les bagages vides d’une interprétation. Mais intégrer cette donnée, c’est faire le choix d’une valise adéquate avec plus de pertinence.
Dans cet atelier, je propose donc quelques exercices qui permettent d'entrer à l'intérieur du personnage afin de comprendre ce qui ne peut pas fonctionner quand on écrit sa vie et ce qui au contraire lui donne une ampleur de vérité. Le travail se fait sur la base de textes produits, lus à haute voix, laissés de côté entre les séances des différents jours. Chacun peut y récupérer une exploration personnelle, sa connaissance du monde puis travailler sur l’efficacité de son texte. Les exercices, échanges, lectures des uns et des autres permettent à chacun d’avancer dans sa propre histoire pour être ensuite capable de la continuer seul.
Vous aurez également l’occasion, si vous le désirez, de travailler sur un texte personnel en cours et sur lequel vous bloquez pour des raisons qui vous semblent inconnues.

Cet atelier d’écriture a donc vocation de transmettre la récupération d’une certaine liberté d'expression personnelle. Il permet de visiter les différentes formes d’écriture qui correspondent à l’harmonieux mélange de soi et d’un savoir faire pour toucher l’autre à travers l’écrit. C’est un voyage dans les mots et un savoir faire dans le désir de partager des histoires avec les autres dans un lieu propre à l'inspiration.

Avant de choisir un métier, Frédérique Deghelt écrivait. Puis elle est devenue journaliste et réalisatrice de télévision avant de se consacrer à l’écriture à temps plein en 2009. Pour contrebalancer cette solitaire activité, elle passe une partie de son temps à voyager vers les autres, ici et ailleurs.

Elle travaille sur des projets d’adaptation audiovisuelle de ses romans et fait dans le cadre de ce rapport à l’écriture et au langage plus de 50 rencontres publiques par an, en médiathèque, en librairie, ou dans des entreprises. Elle prépare actuellement un spectacle vivant (musique, texte, danse) autour de la différence et du handicap.

Bibliographie
Etre Beau Octobre 2018 STOCK
Agatha Mai 2017 Collection Miroir PLON
Libertango, Mai 2016 ACTES SUD
L’oeil du Prince, roman inédit, Septembre 2014 J’AI LU
Les brumes de l’apparence, roman, Mars 2014 ACTES SUD
Cassée, nouvelle, Février 2014 ACTES SUD JUNIOR
Le voyage de Nina roman inédit, Juin 2014, LIVRE DE POCHE
Un pur hasard, courte histoire mars 2012, aux Editions du Moteur
La nonne et le brigand, roman, Janvier 2011 ACTES SUD
Ma nuit d’amour, nouvelle, septembre 2011 ACTES SUD JUNIOR
Le cordon de soie 2ème recueil textes et photos de Sylvie Kergall novembre 2009
La grand-mère de Jade, roman Janvier 2009 ACTES SUD
Je porte un enfant et dans mes yeux l’étreinte sublime qui l’a conçu recueil textes et photos de Sylvie Kergall mai 2007).
La vie d’une autre, roman janvier 2007 ACTES SUD (traduit en Allemagne, Italie, Pologne, République Tchèque, Pays Bas, Taïwan, Hongrie, Espagne, Roumanie, Suède) adapté par Sylvie Testud avec Juliette Binoche et Mathieu Kassovitz, sortie Février 2012)
La valse renversante, Mistinguett et Maurice Chevalier, roman 1995 aux Editions Sauret